We are football association culture mémoire histoire
Comme eux rejoignez wearefootballDe volée
Eric Cantona en Angleterre

Eric Cantona en Angleterre

La carrière de Cantona dans la FA Premier League des années 1990 a permis à l'Angleterre de s'interroger sur beaucoup des stéréotypes sportifs qui régnaient alors dans le football. Eric ('The King') Cantona condensait en sa personne et en ses représentations nombre de débats autour du football et de ses 'stars' en Grande-Bretagne. Elu 'Footballer of the Year' en 1996, puis meilleur joueur de l'histoire du Premiership en 2001, il fut également nommé meilleur joueur du XXIe siècle de Manchester United. Il laissa ainsi une marque certaine sur le football anglais.

La carrière anglaise de Cantona commença en 1992, lorsqu'il rejoignit l'équipe de Leeds United à la mi-saison. Âgé alors de 26 ans, Cantona quittait le football français à la suite de nombreux différends avec moult joueurs, entraîneurs et responsables fédéraux. Ces difficultés avec le foot en France – il changea de club huit fois entre ses débuts en 1983 et son départ pour l'étranger en 1992 - se soldèrent par une suspension de deux mois qui le convainquit de prendre sa retraite sportive. Mais, sous la pression de ses supporteurs, et fort des conseils et encouragements de Michel Platini, il décida d'émigrer en Angleterre, où l'enthousiasme populaire pour le football pourrait répondre à son besoin d'un public qui puisse apprécier à sa juste valeur son approche passionnée au sport. Après un essai à Sheffield Wednesday, il signa avec Leeds United en février 1992, les aidant à gagner l'ultime championnat de l'ancienne 'First Division', appelée à se transformer l'année suivante en 'Premier League'. Le dernier succès de Leeds United dans le championnat remontait à 1974, et déjà, se dessinait le rôle de joueur-fétiche qu'Eric Cantona allait incarner auprès des fans des clubs anglais ou il jouerait. Mal à l'aise avec l'entraîneur à Leeds United, malgré un début de saison 1993 très prometteur, Cantona fut transféré à Manchester United en novembre 1993 pour la somme assez modique de 1.2 million de Livres.  

Son passage à Leeds United vit naître le célèbre chant 'Ooh aah Cantona !' signe de la reconnaissance par les fans d'Elland Road de son talent extraordinaire et de son flair perçu comme tout ce qu'il y avait de plus 'continental' ; on vit aussi apparaître le sobriquet 'Eric the Mad', reflet de son imprévisibilité et de son indépendance de caractère, si difficiles à gérer pour les responsables du club.

Très tôt après son arrivée à Old Trafford, le surnom de Cantona fut transformé en 'Eric the Red', traduisant l'empathie qui s'installa rapidement entre le joueur français et les fans de Manchester United. Les fans d'Elland Road n'avaient rien à envier à leurs correspondants de Manchester en termes de passion – les deux clubs n'entretenaient-ils une rivalité violente depuis des années aux plans régional et national ? – mais la tradition footballistique à Old Trafford offrait une scène mieux proportionnée à la personnalité de Cantona. Le très simple 'Eric the Red', evocateur des guerriers Vikings, se doubla également d'un monarchique 'Eric the King', élément central d'un hymne dithyrambique et dionysiaque sanctifiant la place centrale de Cantona dans l'équipe :  

We`ll drink and drink and drink
To Eric the King the King the King
He`s the leader of our football team
He`s the greatest French Footballer that the world has ever seen....

Le primitif 'Ooh aah Cantona' évolua aussi en une rengaine où transpirait clairement le rôle talismanique – en fait presque messianique - que le joueur français semblait remplir au club :

What a friend we have in Jesus… he`s a saviour from afar
What a friend we have in Jesus… and his name is Cantona…
Ooh Aah Cantona, Ooh Aah Cantona
Ooh Aah, Ooh Aah, Ooh Aah Cantona…
Ooh Aah Cantona…

Le génie perturbateur de Cantona fut apprécié par les partenaires commerciaux du football en Angleterre, malgré ses débordements occasionnels. Peut-être l'exemple le plus célèbre en fut une affiche publicitaire Nike de 1996 représentant Cantona se tenant fièrement devant le drapeau anglais, au slogan : '66 was a great year for English football. Eric Cantona was born '. Ainsi était tournés gentiment en dérision et la longue attente du public anglais de voir 'le retour à la maison du football', trente années après la Coupe du monde en 1966, et le rôle de sauveteur de Manchester United et du football anglais joué par 'Eric the King'.

Avec l'aide de Cantona, Manchester United remporta rapidement le Premiership inaugural en 1993 (leur premier succès en championnat depuis 1967), le doublé Premiership et Coupe d'Angleterre en 1994, de nouveau la Coupe en 1996 suivie par le Premiership en 1997. Il était à l'époque question d'une véritable 'Cantona-mania' non seulement chez les supporteurs de Manchester United mais – toutes proportions gardées – dans l'Angleterre entière, subjuguée par le talent sportif et le charisme énigmatique d'un joueur qui avait voulu quitter la France pour avoir la possibilité de prouver sa grandeur. Seul un événement aurait pu troubler l'enthousiasme général suscité par 'The King' : l'agression qu'il commit contre un supporteur de Crystal Palace qui l'avait insulté après son expulsion du terrain, le 25 janvier 1995. Mais in n'en fut rien. Les photos et images filmées de ce coup de pied kung-fu alimentèrent pendant un moment ce qui a failli devenir 'une affaire Cantona' - ne s'évertuait-on depuis des années à éliminer la violence des stades anglais sur le gazon et dans les gradins ? -  mais tout lui fut pardonné, ou presque : sa condamnation à deux mois de prison ferme fut commuée après appel en 120 heures de travaux d'intérêt général, et même sa réaction delphique – 'Quand les mouettes suivent un chalutier, c'est parce qu'elles pensent que des sardines seront jetées à la mer' - au point-presse organisé pour parler de son incartade ne fit que conforter sa réputation de sportif cérébral et artiste. A la fin de sa suspension de neuf mois par la FA, il fit un retour des plus réussis en compétition la saison suivante, remportant un nouveau titre de Champion d'Angleterre.

Pendant son séjour dans le Premiership, Cantona a su conquérir la majeure partie du public anglais. Entre 1992 et 1997, l'Angleterre était majoritairement 'Cantona-phile', et suffisamment charmée par les prouesses du joueur sur le terrain pour ignorer les aspérités de son caractère. Pour expliquer la réussite de Cantona en Angleterre - après son 'échec' en France - il convient sans doute de s'interroger à la fois sur la façon dont il fut accueilli comme Français, et sur la conjoncture à l'époque de l'industrie du football en Angleterre.

Cantona était loin d'être le premier footballeur français à avoir émigré en Angleterre, mais la combinaison de son talent (perçu comme 'le flair français'), de sa passion pour gagner (perçue comme inhabituelle chez un joueur étranger), de son charisme énigmatique joint à une certaine modestie de style de vie l'a rendu cher aux joueurs, aux fans, au grand public et à la presse sportive. A la différence de David Ginola, qui évolua dans le Premiership entre 1995 et 2002 et qui fut nommé 'Players' Player of the Year en 1999', Cantona bénéficia d'une réputation pour le sérieux de son effort et à l'entraînement et pendant les rencontres, alors que son talentueux compatriote se débarrassait difficilement d'une aura de 'playboy' mannequin et de dilettante sur le terrain. Alors que le football anglais négociait le tournant commercial imposé par l'invention du Premiership et les droits de télévision de BSkyB, l'icône Cantona paraissait aux fans comme un mélange des meilleures traditions du jeu anglais (des joueurs 'modestes', durs à l'effort, fidèles aux clubs) et des bonnes traditions 'autres' des championnats étrangers (le 'flair', la technicité du jeu, le romantisme). Alors que Gullit (Chelsea) et Klinsmann (Tottenham) semblaient venus à Londres pour couler des jours paisibles hautement rémunérés dans des clubs réputés à la mode, l'engagement de Cantona dans le Nord de l'Angleterre, surtout à Leeds (ville et club aux styles de vie et de jeu traditionnellement frustes), un peu moins à Manchester United, témoignait d'un investissment réel dans le sport. Figure emblématique, charismatique, Cantona fut également un des premiers joueurs dont on put exploiter au maximum 'l'image' en marketing de maillots et autres accessoires, et c'est ainsi qu'il a laissé une marque sportive et commerciale indélible sur le football anglais.

Hugh Dauncey
School of Modern Languages
Old Library Building
Newcastle University

Envoyer l'article à un ami
Télécharger ce dossier en PDF Télécharger ce dossier en PDF Télécharger ce dossier en PDF
Haim revivo Haim revivo
Le poids de l?h?ritage socio-culturel face ? l?identit? sportive
Rachid Mekhloufi : Le Footballeur des deux rives Rachid Mekhloufi : Le Footballeur des deux rives
La carri?re de Rachid Mekhloufi
Stefan kovacs Stefan kovacs
De la Roumanie ? la France : "une affaire d'?tat"
Sorciers blancs : mal n?cessaire ou alibi ? Sorciers blancs : mal n?cessaire ou alibi ?
Les entra?neurs europ?ens en Afrique
Pel? fait son cin?ma Pel? fait son cin?ma
"Le roi Pel?" au festival de Cannes
Une g?n?ration oubli?e ? Une g?n?ration oubli?e ?
Claude Quittet et le football fran?ais des ann?es 60
Paolo Rossi Paolo Rossi
Du scandale du Totonero ? la victoire en Coupe du monde
Henri Delaunay Henri Delaunay
La Coupe du monde devrait-elle s?appeler Coupe Henri Delaunay ?
John Henry Davies: un pr?sident philanthrope John Henry Davies: un pr?sident philanthrope
Le premier pr?sident de Manchester United
Matthias Sindelar Matthias Sindelar
Un joueur autrichien des ann?es trente surnomm? le ? Mozart du football ?
Auguste Jordan Auguste Jordan
un Autrichien sous le maillot tricolore au temps des ann?es noires
George Best George Best
Une idole des sixties : entre d?rive et reconnaissance
Platini et l'Italie Platini et l'Italie
Une relation soutenue et complexe avec le pays de ses origines
Etienne Mattler Etienne Mattler
Etienne Mattler fait sans doute partie des premiers joueurs professionnels fran?ais.
Antoine Tremblay Antoine Tremblay
Joueur et dirigeant du Club athl?tique de la Soci?t? G?n?rale (CASG)
Omar Sahnoun Omar Sahnoun
Le harki du football fran?ais
Antonin Panenka Antonin Panenka
Une lueur derri?re le "rideau de fer"
Giuseppe Meazza : Giuseppe Meazza : "il balilla"
Un joueur symbole de la victoire du fascisme sportif

Videotheque - Quizz - Presse - Boutique - Association - Les fondateurs  - La rédactionContact - Partenaires


© 2005 - 2014 Wearefootball.org - Tous droits reservés  - Prezcreation