We are football association culture mémoire histoire
Comme eux rejoignez wearefootballDe volée



Atlas Mondial du Sport

Pascal Gillon – Frédéric Grosjean – Loïc Ravene

Editions: Autrement

Le livre
Fédérateur et omniprésent, en avance sur son temps, le sport semble avoir réussi le pari
de la mondialisation. En instaurant des règles communes pour mieux se diffuser, il peut aujourd’hui rassembler la planète entière dans un même élan à l’occasion de grandsévénements, tels que les Jeux olympiques ou les Coupes du monde de football.

Alors qu’historiquement, le sport était porteur de valeurs universelles, il s’inscrit désormais au cœur d’enjeux économiques et politiques (voire géopolitiques), comme une composante essentielle du marché mondial et un support de pouvoir. Dans un monde sans cesse en mouvement, le sport aurait-il acquis une portée et une importance qui le dépassent ? L’Atlas du sport mondial questionne les problématiques qui le confrontent avec l’existence d’une société de dimension planétaire : quand et comment le sport s’est-il diffusé ? Pourquoi s’est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure est-il devenu un instrument de puissance ?
Quelle forme prend le grand marché du sport (industries, sponsors, médias, transferts de joueurs…) ?
L’idéal sportif survit-il aux nouvelles donnes d’une pratique toujours plus médiatisée et spectaculaire ?

Riche d’une cartographie ludique et inventive, cet atlas pose un regard original sur les sports, du rugby au basket-ball, du tennis à l’athlétisme, du curling aux joutes nautiques… Parmi eux, seul le football apparaît véritablement universel ; les autres conservent un ancrage régional fort.
En effet, la mondialisation n’a pas effacé toutes les origines spatiales et culturelles des sports : ils ont dessiné, avec elle, leur propre géographie, leurs propres territoires.

Les auteurs

Les trois auteurs sont maîtres de conférences en géographie à l’université de Franche-
Comté et chercheurs au Laboratoire Thema (UMR CNRS 6049).

Pascal Gillon étudie depuis une dizaine d’années le sport international, principalement sous l’angle géopolitique. Il s’intéresse plus particulièrement au monde olympique, en tentant d’analyser les jeux de ses acteurs ainsi que les résultats sportifs.

Frédéric Grosjean observe le sport en tant que service local dans une perspective d’aménagement du territoire. Depuis dix ans, ses recherches portent aussi sur la diffusion des différentes formes de la pratique sportive. En 2003, il a mis en place un outil d’observation de la pratique du football amateur dans un cadre régional.

Loïc Ravenel travaille depuis une quinzaine d’année à la mise en oeuvre des méthodes d’observation et d’analyse spatiale dans le champ sportif. Il concentre ses recherches sur le sport professionnel à travers les processus de localisation des clubs et la migration des sportifs. En 2006, il a fondé l’Observatoire des footballeurs professionnels.

Collection Atlas / Monde
80 pages – 17€
Contact presse :
AGNES BILTGEN
Tél. 01 44 73 79 87
agnes.biltgen@autrement.com




L'histoire du Football

Paul Dietschy

Editions: Perrin

Présentation de l'éditeur
Codifié par l'Angleterre triomphante au soir du XIXe siècle, le football est devenu le sport le plus populaire du monde. Or, son histoire reste largement méconnue. Comment sont nés clubs, fédérations et compétitions internationales ? Quand et pourquoi ont été fixées les règles concernant le nombre de joueurs ou la dimension du ballon, en passant par les cartons jaunes et rouges, les corners ou le point de penalty ? Quelles ont été les grandes évolutions tactiques et techniques du jeu, dribbles ou coup de tête ?

C'est à toutes ces questions, et à bien d'autres encore, que répond cet ouvrage sans précédent, appuyé sur une documentation inédite, provenant en particulier des archives de la FIFA. On y découvrira naturellement le roman vrai des grands clubs - Ajax, Bayern, Liverpool, Saint-Etienne, Real, Barcelone -, des entraîneurs charismatiques et des joueurs d'exception tels Puskas, Di Stéfano, le roi Pelé, Cruyff, Maradona, Kopa ou Platini.

Mais on y apprendra aussi beaucoup sur l'instrumentalisation du football par les totalitarismes et les liaisons dangereuses avec l'argent roi, décuplées par la télévision. A l'heure du déclin des idéologies et des liens collectifs, le football fait office de religion civile où s'exacerbe le sentiment d'appartenance. Sport de tous les excès, il conjugue les paradoxes : tentation individualiste et esprit d'équipe, fraternité sportive et déchirements nationalistes, impératifs de gestion et dérives de la spéculation, égalité théorique du jeu et inégalité réelle des équipes. En résumé, il en dit beaucoup sur notre histoire en général et sur la mondialisation en particulier.

Biographie de l'auteur

Paul Dietschy est ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et agrégé d'histoire. Aujourd'hui maître de conférences à l'université de Franche-Comté, il y enseigne l'histoire contemporaine et l'histoire du sport, et coanime avec Patrick Clastres un séminaire sur l'histoire du sport au Centre d'histoire de Sciences-Po (Paris).




Le Football et l’Afrique

Paul Dietschy et David-Claude Kémo-Keïmbou

Editions Paris, E/P/A – FIFA - 2008

Alors que les grands médias internationaux véhiculent trop souvent une vision catastrophique de l’Afrique en n’évoquant que les fléaux (guerres, épidémies, pauvreté) qui frappent ses habitants, le football offre une image beaucoup plus positive du continent. Au rythme des compétitions continentales (Coupe d’Afrique des nations en particulier) ou mondiales, au gré des exploits des stars du ballon rond d’origine camerounaise, ivoirienne ou ghanéenne, les Africains sont désormais des acteurs à part entière du sport-roi de la mondialisation sportive, au contraire de la globalisation économique qui les relègue à ses marges. Tel est le pouvoir du ballon rond qui est devenu depuis le début du vingtième siècle un puissant moyen de mobilisation nationale et d’affirmation internationale en particulier en Afrique.

En Afrique et dans les Afriques devrait-on dire, tant il semble réducteur de parler de l’Afrique en général. Les différences de peuplement, de langue, de religion, de richesse, l’empreinte des héritages historiques, en particulier celui de la colonisation et des frontières qu’elle a imposées, contribuent à y former en effet une mosaïque aux motifs variés et complexes. Pourtant, par-delà les différences de couleur, de culture, de développement économique, le football constitue un véritable trait d’union dans l’histoire et la géographie de l’Afrique. Importé par les colons, diffusé par eux de manière très inégale et plus ou moins volontairement auprès des populations « indigènes », le ballon rond est vite devenu l’un des divertissements préférés de l’homme africain évinçant parfois les exercices physiques pratiqués depuis le temps des Pharaons.

La simplicité d’un jeu égalitaire et économique a bien évidemment joué comme ailleurs dans ce succès. Mais le football est aussi devenu un mode d’expression inégalé dans des sociétés soumises à l’oppression coloniale. Comme les nationalistes ont su retourner les idéaux des droits de l’homme et de la démocratie contre le colonisateur, les footballeurs africains et leurs dirigeants ont utilisé l’arme du football pour construire un espace de relative liberté dans lequel leur valeur physique et technique devint le vecteur de leur aspiration à l’égalité, l’autonomie et pour terminer l’indépendance.

Autrement dit, on peut lire au travers l’histoire passionnée, souvent mouvementée du football, ou plutôt des footballs africains, les combats du continent pour sa liberté, sa reconnaissance et, dans le cas de certains territoires, sa survie. De fait, le ballon rond a été associé de près ou de loin à la lutte contre le colonialisme et l’apartheid, il a fortement eu à voir avec la construction souvent difficile de nouveaux Etats-nations et l’insertion de ces derniers dans les relations internationales. Il est ainsi devenu et reste encore un enjeu essentiel dans l’exercice du pouvoir des gouvernements autoritaires ou dictatoriaux qui parsèment le continent. Par ailleurs, les tribulations des footballeurs africains en Europe sont symptomatiques de la manière dont l’ « l’indigène » devient un « immigré » plus ou moins reconnu et accepté.

Et, pour finir, on peut lire en partie dans la situation du football africain plus de cinquante ans après la fondation de la Confédération africaine de football (CAF), la position de l’Afrique dans le monde entre authenticité et extraversion, affirmation et domination. C’est donc cette insertion du football dans l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Afrique que cet ouvrage se propose de traiter. Ses auteurs se sont d’abord appuyés sur les travaux des historiens, sociologues, ethnologues, anthropologues et journalistes qui, depuis une vingtaine d’années, ont, comme eux, commencé à investir cet objet délaissé par l’histoire avec un « grand H ». Ils ont surtout bénéficié, sur un sujet pour lequel les archives sont éparpillées ou ont été détruites, des fonds conservés au siège de la Fédération internationale de football association (FIFA) à Zurich.

Qu’il s’agisse des séries de dossiers concernant les Congrès, les activités des présidents ou du Comité exécutif ou la correspondance échangée entre la FIFA d’une part, les fédérations africaines et la CAF d’autre part, ou encore du vaste corpus documentaire cédé par le journaliste Faouzi Mahjoub à la FIFA réunissant sources manuscrites, imprimées ou iconographiques, ils ont pu bénéficié d’un accès libre et total à des sources d’informations exceptionnelles, comme en témoignent notamment les illustrations photographiques accompagnant le texte.





Le Métissage par le foot

L'intégration, mais jusqu'où ?
Yvan Gastaut
Préface de Lilian Thuram
Editions Autrement collection « Frontières » dirigée par Henry Dougier

Le 12 juillet 1998, au terme d'une grande épopée devenue mythique, la France "black, blanc, beur" devient championne du monde de football. Cette victoire des Bleus provoque un état de grâce spontanément partagé par les Français avec le pouvoir politique et les médias. Un patriotisme d'un nouveau genre se forge autour du thème de la diversité culturelle et de l'intégration. Mais la parenthèse se referme vite: en 2001 avec les incidents du match France-Algérie et en 2002 avec l'échec collectif lors de la Coupe du monde, le football perd ses vertus euphorisantes dans un contexte bouleversé par le "séisme" du 21 avril 2002.

Dans cet ouvrage d'histoire immédiate Yvan Gastaut, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Nice et président de We are football association, décrypte les mutations de l'espace public sur la période 1996-2002 entre le populaire et les élites, entre la rue et les médias. Il analyse, à travers le football, comment l'articulation entre universel et nation se trouve redessinée, mêlant une vision planétaire, sorte de "mondovision", et la glorification d'une nouvelle forme de patriotisme fin de siècle. Facteur d'intégration mais aussi caisse de résonance des comportements racistes, le football pose la question du métissage et de la place de la différence culturelle au sein de la société française.

Pour commander cet ouvrage : http://www.autrement.com/

 

Adherer L'association Les fondateurs La rédaction Les statuts Les contacts Rejoindre Wearefootball
Restez informé avec la newsletter Wearefootball
Opinion publique
La video dans le football du 21?me si?cle?
Oui pour les comp?titions internationales
Oui pour les championnats nationaux
Oui pour le football pro
Non, elle nuit ? l'universalit? du jeu
Anciens sondages
Quiz Vidéothèque Boutique Partenaires Crédits
banner left

Videotheque - Quizz - Presse - Boutique - Association - Les fondateurs  - La rédactionContact - Partenaires


© 2005 - 2014 Wearefootball.org - Tous droits reservés  - Prezcreation